dimanche 9 avril 2017

Barbarie en Egypte au seuil de la Semaine Sainte

27 tués à Tanta, et 78 blessés, 16 tués à Alexandrie et un nombre encore indéterminé de blessés... Ce Dimanche des Rameaux et de la Passion aura été meurtrier en Egypte, où le prétendu Etat Islamique a revendiqué deux attentats meurtriers dans des églises coptes orthodoxes.
Les Coptes constituent les communautés chrétiennes parmi les plus anciennes et les plus vénérables dans notre Histoire. Ils sont aussi, trop souvent, parmi les plus méprisés, et sont régulièrement l'objet de brimades et de violences comme celles de ce matin.
La Semaine Sainte sera malheureusement vraiment sanglante, alors qu'on y vénère précisément le Juste injustement jugé, condamné à mort et exécuté.
Le Juste en lequel les chrétiens confessent et reconnaissent la présence de Dieu - pour eux, il n'est pas d'autre idée possible de Dieu que celle qui passe par la Croix.
Je songe aussi à tous les lieux où l'être humain est pourchassé par vengeance, par haine, par répression : le Congo en est ces jours-ci un exemple qui nous meurtrit tous, et qui atteint de plein fouet notre Vicaire, l'abbé Honoré,  et les siens.
Tout cela donne aux célébrations des jours qui viennent une tonalité particulièrement sombre, grave et réaliste. Ce que nous donnons à voir, ce n'est pas seulement la mémoire d'un homme du passé, c'est l'aujourd'hui de l'Homme, partout torturé, pourchassé, vilipendé. Et c'est là que Dieu se trouve, dans cet abandon continuel, ce cri d'athée jeté vers un ciel vide par le Fils Bien-Aimé : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?"
Et pourtant, en filigrane, dans les textes, dans nos cœurs, comme un fil ténu, déjà, l'espérance de Pâques, la lumière parcimonieuse de la Résurrection...

vendredi 7 avril 2017

Mesquineries et Bonne Nouvelle

La semaine n'aura pas été facile.
Il aura fallu faire face (le plus souvent, par un silence réprobateur) à un certain nombre de mesquineries et d'étroitesses d'esprit, à des réactions à fleur de peau, disproportionnées par rapport à des attaques imaginaires, de personnes qui prennent la mouche pour rien - on a vraiment envie de leur dire d'aller au diable, si ce n'est pas déjà fait. D'autres qui masquent mal leur envie de prendre ou de reprendre du pouvoir, par toutes sortes de biais - on les envoie paître au même lieu que les précédentes.  Et encore : des ataviques du racisme, qui vous tiennent impromptu, et avec un clin d'œil appelant la connivence, des propos qu'on croyait impossibles sur des personnes d'origine étrangère. A mépriser? Pas seulement, c'est trop grave : au diable, avec les autres! (Ca va finir par faire du monde...) Et puis il y a des fous complets, des délirants qui vous assiègent parce que, dans leur rêve, ils ont eu une vision (et une mission, cela marche souvent ensemble) de la Sainte Vierge ou de je ne sais qui leur enjoignant d'interpeller le curé local. Ceux-là sont, à tout prendre, les moins dangereux et peut-être les plus braves. Quand, dans une journée, vous recevez un joyeux mélange comme celui-là, il y a de quoi prendre ses jambes à son cou et s'enfuir loin, très loin.
Mais... dans la même journée, telle confession, tel courriel, telle confidence, tel retournement, vous encouragent. De même que la persévérance des personnes associées au quotidien à la tâche pastorale, prêtres, secrétaires, sacristains et autres, une persévérance admirable, humble, priante. Alors... on reste!
On essaie de prier, d'offrir le tout, de laisser le Christ démêler lui-même, devant le Père, ce qui dans tout cela est faute, péché, impuissance, simple faiblesse humaine.
On rend grâce, aussi, on continue de s'émerveiller : pour tel confrère fidèle à travers ses souffrances et ses craintes, pour telle initiative pastorale qui porte du fruit dans la Région, et finalement pour les bienfaits que Dieu répand sur le monde, sans que toujours on les voie. Tiens : la joie d'apprendre l'initiative de l'archevêque d'Auxerre-Sens, la semaine dernière : avec l'accord de ses confrères évêques français, il a demandé à Rome d'ouvrir le procès en béatification de Marie Noël. Marie Noël! Ma chère Marie Noël! Comme elle doit être honteuse, confuse, que "ces Messieurs" (ainsi appelait-elle les gens du clergé avec ce qu'elle nommait elle-même une "crainte révérentielle") s'intéressent à elle! Et pourtant, comme elle aidera encore mieux ceux qui vont maintenant la prier pour qu'elle intercède! Depuis que j'ai appris cette nouvelle, je ne cesse de la prier : qu'elle fasse des miracles (elle va en avoir besoin, autant que ceux qui en bénéficieront.) Dans la foulée, le curé de la Cathédrale d'Auxerre, qui enseigne aussi à l'Institut Catholique de Paris, m'apprend qu'en septembre un colloque se tiendra là sur Marie Noël et sur son Œuvre, et il me demande d'y intervenir. Je le ferai, bien sûr, et avec joie : je ne savais pas que j'aurais l'occasion de remercier ainsi celle qui m'aide depuis tant d'années, et qui a quitté cette terre voici juste cinquante ans.
Oui, au fond, la balance penche du bon côté : les mesquineries ne feront jamais le poids devant la Bonne Nouvelle!

dimanche 2 avril 2017

Vérité et idéologie

J'entends, comme tout le monde, les discours des uns et des autres à la télé, je les lis sur les blogs d'internet, sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite. Les sujets de débat ne manquent pas : élections françaises, comportements des femmes et hommes politiques, situation économique, tensions internationales, crise de l'Europe, place du religieux et des religions dans la société d'aujourd'hui, divergences de vue touchant le début et la fin de la vie, avortement comme délit ou comme droit, etc. Tant mieux : que tout soit mis en débat, c'est la chance de notre monde et, par pitié, qu'aucun sujet ne soit tabou!
Une seule chose peut me heurter dans ces "discussions" : l'idéologie. Je veux dire : prétendre que les idées, les constructions intellectuelles, les évidences que l'on a en tête ne soient précisément pas discutables, prétendre qu'elles sont plus vraies que la vérité des faits. J'ai ainsi épinglé, récemment, sur ce blog, et par exemple, Michel Onfray et ses affirmations sur le "Jésus de l'Histoire". J'entends quelquefois dire ou je lis quelquefois, et quelquefois dans des médias supposés sérieux, des énormités sur de prétendues "positions" de l'Eglise catholique - j'imagine dès lors que, sur des sujets que je connais moins bien, on est capable aussi de relayer n'importe quoi, et n'importe comment, n'importe où.
Par idéologie : par souci de faire triompher ses idées, au prix de la vérité des faits.
Nous sommes quelquefois plongés, oui, dans une société du mensonge - aux Etats-Unis, certains ont même théorisé l'époque en l'appelant "l'ère de la post-vérité". La "post-vérité", c'est le mensonge.
Et le mensonge, c'est le diable : "Votre père, c'est le diable, et vous avez la volonté de réaliser les désirs de votre père. Dès le commencement, il s'est attaché à faire mourir l'homme; il n'avait pu se maintenir dans la vérité parce qu'il n'y a pas en lui de vérité. Lorsqu'il profère le mensonge, il puise dans son propre bien, parce qu'il est menteur et père du mensonge." (Jn 8, 44)
La résurrection que nous allons célébrer bientôt, le cœur de notre foi, c'est aussi le triomphe de la vérité sur le mensonge - sur toutes les formes de mensonge. Celui-ci, certes, peut bien faire illusion un temps, il peut même parfois sembler prendre toute la place jusqu'à être pris pour la vérité - rien à faire, il est vaincu, déjà vaincu, par la puissance de Vie du Christ.
Cette impiété du mensonge, qui est une forme de mort, est engloutie dans la victoire de Pâques, tant espérée, tant attendue - ainsi l'entrevoyait le psalmiste :
"J'ai vu l'impie dans sa puissance se déployer comme un cèdre vigoureux.
Il a passé. Voici qu'il n'est plus." (Ps 36, 36)